©2019 par Docteur GOLDBLATT

INCONTILASE®, TRAITEMENT LASER DE L'INCONTINENCE URINAIRE

La procédure IncontiLase® est destinée à traiter par laser les fuites d’urine à l’effort (IUE) chez la femme mais aussi les fuites par impériosités (HAV), voire le mélange de ces deux mécanismes (incontinence mixte).

L’incontinence urinaire d’effort (IUE):

C'est un symptôme féminin fréquent se traduisant par une perte involontaire d’urine lors de la toux, du rire ou d’efforts physiques divers. Ce symptôme est provoqué par un affaiblissement du mécanisme de fermeture du sphincter de l’urètre (le canal évacuateur de la vessie), lui-même provoqué par la diminution du tonus musculaire dans la région du périnée (ou plancher pelvien), cet ensemble de muscles situés en bas du bassin et qui soutiennent notamment la vessie et le vagin.

Les fuites par « impériosités » (appelées aussi urgenturies ou HAV): 

Elles relèvent d’un mécanisme différent provoqué par une altération de la régulation de l’acte d’uriner : sous l’effet d’un évènement de la vie courante (entendre l’eau couler, arriver à son domicile…) la vessie se contracte pour évacuer impérativement l’urine alors qu’elle n‘est pas pleine, contraction si vive qu’un sphincter souvent affaibli est alors vaincu par cette pression irrésistible.

 
AdobeStock_158645912_edited_edited.jpg

TRAITEMENT NOVATEUR PAR LASER

Le laser est un appareil émettant des rayons lumineux (visibles ou invisibles) dont la couleur varie en fonction de ses composants. En médecine, le laser interagit avec diff érents éléments contenus dans la muqueuse vaginale, essentiellement l’hémoglobine et l’eau. L’interaction la plus courante au contact de ces substances transforme l’énergie lumineuse en chaleur mais les lasers peuvent aussi produire un effet mécanique de destruction.
Pour ses applications en gynécologie Fotona® utilise un laser de type Erbium : YAG avec une modalité spécifique exclusive permettant un effet exclusivement thermique, sans effet de destruction.
La chaleur produite atteint les muqueuses situées dans la région du vestibule (entrée du vagin), de l’orifice urinaire ainsi que dans la zone située tout au long de la paroi vaginale antérieure (le « toit » du canal vaginal) sur le trajet de l’urètre.
Cette chaleur stimule localement la synthèse de nouvelles fibres de collagène et l’ensemble du tissu conjonctif qui occupe tous les espaces séparant la membrane péritonéale des parois musculaires et du plancher pelvien. Ce tissu se renforce en collagène et se tonifie : on obtient un renforcement du soutien de la vessie et l’amélioration voire le retour à une continence normale.

traitement-vaginal-laser-1-1280x720.jpg

COMMENT SE DÉROULENT LES SÉANCES ?

Vous êtes allongée en position gynécologique. Une protection oculaire obligatoire contre le rayonnement laser vous est fournie. Votre praticien règle l’appareil en fonction du traitement considéré en se fondant sur les valeurs préprogrammées indiquées sur l’écran de contrôle et dûment validées par de nombreuses études cliniques menées pour Fotona par des médecins réputés du monde entier.
Un spéculum spécifique est introduit doucement jusqu’au fond du vagin, puis l’applicateur laser, gradué en cm, est introduit à l’intérieur du spéculum. Le traitement proprement dit commencera avec le retrait progressif de l’applicateur, le rayonnement laser balayant alors la muqueuse vaginale durant quelques secondes tous les demi-centimètres.

luke-chesser-rCOWMC8qf8A-unsplash (1).jp

QUELLE EST LA DURÉE D’UNE SÉANCE? COMBIEN DE SÉANCES FAUT-IL ?


Une séance comporte trois phases successives de traitement correspondant à des modalités de rayonnement laser différentes, elle dure environ 20 minutes.

Le protocole idéal comporte 2 ou 3 séances avec 4 à 6 semaines d’intervalle.

iStock-187499704.jpg

EST-CE DOULOUREUX ?

Non. Cet acte laser ne nécessite aucune anesthésie car les sensations perçues ne sont pas douloureuses, les patientes évoquant plutôt une impression de vibrations légères indolores et de chaleur modérée. Il peut néanmoins arriver que sur le dernier centimètre près de l’orifi ce vaginal, zone plus sensible par nature, la sensation soit plus forte et plus inconfortable : votre praticien diminuera alors les paramètres d’intensité du tir laser pour finir la séance. La procédure s’eff ectue sans incision ni saignement ni suture et ne demande aucun soin post-opératoire.

m_9701-NOUVEAU-Recenser-les-EFFE.png

Y A-T-IL DES EFFETS SECONDAIRES OU DES COMPLICATIONS POTENTIELLES?

Les effets secondaires sont rares et se limitent généralement à quelques éventuelles sensations inflammatoires inconfortables sans plus. Habituellement, vous ne ressentirez ni douleur ni brûlure. Des effets secondaires graves n’ont pas été décrits à ce jour. En revanche, si les douches sont autorisées, il convient pendant 48 heures de s’abstenir d’avoir des rapports sexuels et, pour éviter la pénétration d’eau dans le vagin, de prendre des bains ou d’aller à la piscine.
Comme expliqué dans le paragraphe « Action du laser », il n’y a pas d’effet de destruction immédiate : le risque de provoquer des lésions tissulaires est ici minime. Cette procédure par laser Er :Yag se distingue de celle des autres lasers et appareils assimilés par son effet « plus doux » sur la muqueuse.

iStock-867842020.jpg

QUELS RÉSULTATS PUIS-JE ATTENDRE ?

Les derniers résultats scientifiques démontrent clairement les nettes améliorations du serrement vaginal et de la satisfaction sexuelle.

  • 95 % ont jugé le changement de leur serrement vaginal fortement ou modérément amélioré après le traitement IntimaLase.

  • Le rétrécissement moyen du canal vaginal après le traitement IntimaLase était de 17 %.

  • Haut niveau de satisfaction des patientes (97 %).

Les études cliniques ont démontré que le traitement IntimaLase rapide et facile à effectuer est une procédure non invasive efficace sans effets secondaires indésirables, ni contre-indications.