shutterstock_377938846.jpg

CALCULS DES VOIES URINAIRES

Les calculs rénaux (lithiase rénale, néphrolithiase) sont des dépôts durs constitués de minéraux et de sels qui se forment dans les reins.
Les calculs rénaux ont de nombreuses causes et peuvent affecter n’importe quelle partie de votre appareil urinaire – de vos reins à votre vessie. Souvent, des calculs se forment lorsque l’urine se concentre, ce qui permet aux minéraux de se cristalliser et de coller ensemble.
Le passage de calculs rénaux peut être très douloureux, mais ces calculs ne causent habituellement aucun dommage permanent s’ils sont reconnus à temps. Selon votre situation, il se peut que vous n’ayez besoin de rien d’autre que de prendre des analgésiques et de boire beaucoup d’eau pour passer un calcul rénal. Dans d’autres cas – par exemple, si des calculs se logent dans les voies urinaires, sont associés à une infection urinaire ou causent des complications – une chirurgie peut être nécessaire.
Votre médecin peut recommander un traitement préventif pour réduire le risque de calculs rénaux récurrents si vous avez un risque accru de récidive.

 

LES SYMPTOMES

La colique néphrétique est une douleur intense de la région lombaire et abdominale, survenant d'un seul côté. Elle est due à l'augmentation de pression dans les voies urinaires et dans le rein. Cette augmentation de pression résulte de la présence d'un obstacle dans les voies urinaires.

CAUSES

Les calculs rénaux n’ont souvent pas de cause précise et unique, bien que plusieurs facteurs puissent augmenter votre risque.
Les calculs rénaux se forment lorsque votre urine contient plus de substances cristallisantes – comme le calcium, l’oxalate et l’acide urique – que le liquide dans votre urine ne peut diluer. En même temps, votre urine peut manquer de substances qui empêchent les cristaux de coller ensemble, créant ainsi un environnement idéal pour la formation de calculs rénaux.
Plusieurs types de calculs rénaux existent, et chacun à des origines différentes.
Connaître le type de calculs rénaux aide à en déterminer la cause et peut vous donner des indices sur la façon de réduire votre risque d’avoir davantage de calculs rénaux. Si possible, essayez de récupérer votre calcul rénal si vous en éliminez un afin de pouvoir l’apporter à votre médecin pour analyse spectrophotomètrique.

FACTEURS DE RISQUES

Les facteurs qui augmentent votre risque de développer des calculs rénaux incluent :
Antécédents familiaux ou personnels. Si un membre de votre famille a des calculs rénaux, vous êtes plus susceptible d’en avoir aussi. Et si vous avez déjà eu un ou plusieurs calculs rénaux, vous risquez davantage d’en développer un autre.
Déshydratation. Le fait de ne pas boire suffisamment d’eau chaque jour peut augmenter votre risque de calculs rénaux. Les personnes qui vivent dans des climats chauds et celles qui transpirent beaucoup peuvent être plus à risque que les autres.
Certains régimes. Une alimentation riche en protéines, en sodium (sel) et en sucre peut augmenter le risque de certains types de calculs rénaux. C’est particulièrement vrai dans le cas d’une alimentation riche en sodium. Trop de sel dans votre alimentation augmente la quantité de calcium que vos reins doivent filtrer et augmente considérablement votre risque de calculs rénaux.
Être obèse. Un indice de masse corporelle (IMC) élevé, un tour de taille important et un gain de poids ont été associés à un risque accru de calculs rénaux.
Maladies digestives et chirurgie. Les pontages gastriques pour chirurgie de l’obésité, les maladies inflammatoires intestinales ou la diarrhée chronique peuvent causer des changements dans le processus digestif qui affectent votre absorption de calcium et d’eau, augmentant les niveaux de substances formant des calculs dans votre urine.
Les autres  maladies et affections qui peuvent augmenter votre risque de calculs rénaux comprennent l’acidose tubulaire rénale, la cystinurie, l’hyperparathyroïdie, certains médicaments et certaines infections des voies urinaires.

EXAMENS DIAGNOSTIC

Si votre médecin soupçonne que vous avez un calcul rénal, il se peut que vous ayez des tests et des procédures diagnostiques, par exemple :
Test sanguin: Les analyses sanguines peuvent révéler une trop grande quantité de calcium ou d’acide urique dans votre sang. Les résultats des analyses sanguines aident à surveiller la santé de vos reins et peuvent amener votre médecin à vérifier si vous avez d’autres problèmes de santé.
Tests d’urine: Le test de collecte d’urine de 24 heures peut montrer que vous excrétez trop de minéraux formant des calculs ou trop peu de substances empêchant la formation de calculs. Pour ce test, votre médecin peut vous demander d’effectuer deux prélèvements d’urine pendant deux jours consécutifs.
Imagerie: Les tests d’imagerie peuvent montrer des calculs rénaux dans vos voies urinaires. Les options vont de la simple radiographie abdominale, qui peut passer à côté de petits calculs rénaux, à l’échographie et enfin au scanner avec ou sans injection de produit de contraste (TDM)  qui peut révéler des calculs même infimes.
Analyse des calculs récupérés: On vous demandera peut-être d’uriner dans une passoire pour attraper les pierres que vous passez. L’analyse de laboratoire révélera la composition de vos calculs rénaux. Votre médecin utilise ces renseignements pour déterminer la cause de vos calculs rénaux et pour établir un plan de prévention de l’apparition d’autres calculs rénaux.

Nurse Taking Notes

TRAITEMENT MÉDICAL OU INTERVENTION

Le traitement médical s'adresse aux petits calculs avec un minimum de symptômes.

Les calculs rénaux qui ne peuvent pas être traités avec des mesures conservatrices – soit parce qu’ils sont trop gros pour être éliminés seuls, soit parce qu’ils causent des saignements, des douleurs, des lésions rénales ou des infections des voies urinaires – peuvent exiger un traitement plus intensif.

Les procédures peuvent comprendre :

ondes sonores pour fragmenter les calculs, ou « lithotritie extra corporelle »

Urétéroscopie rigide ou souple avec Laser.

Néphrolithotomie percutanée (NLPC)

 

TRAITEMENT MEDICAL

La plupart des petits calculs rénaux ne nécessitent pas de traitement invasif. Vous pourrez peut-être évacuer spontanément un petit calcul :

  •  Boire jusqu’à 2 à 3 litres (1,9 à 2,8 litres) par jour peut aider à évacuer votre système urinaire. À moins que votre médecin ne vous dise le contraire, buvez suffisamment de liquide – surtout de l’eau – pour produire une urine claire ou presque claire.

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (naproxène, diclofénac, indométacine, ibuprofène), et les antalgiques opiacés (tramadol, hydromorphone hydrochloride, morphine) sont les traitements de choix pour soulager rapidement la douleur des coliques néphrétiques.

LITHOTRITIE EXTRA-CORPORELLE

i-sys-photo-2.png

 Ondes sonores pour fragmenter les calculs, ou « lithotritie extra corporelles ».

 Pour certains calculs rénaux – selon la taille et l’emplacement – votre médecin peut recommander une intervention appelée lithotripsie par ondes de choc extracorporelles (LEC).

La LEC utilise des ondes sonores pour créer de fortes vibrations (ondes de choc) qui brisent les calculs en petits morceaux qui peuvent passer dans votre urine. L’intervention dure environ 45 à 60 minutes et peut causer une douleur modérée, de sorte que vous pouvez être sous sédation ou anesthésie légère pour vous mettre à l’aise.

La LEC peut causer du sang dans l’urine, des ecchymoses au dos ou à l’abdomen, des saignements autour des reins et d’autres organes adjacents, et de l’inconfort lorsque les fragments de calculs passent dans les voies urinaires.

URÉTÉROSCOPIE RIGIDE OU SOUPLE AVEC LASER.

AdobeStock_288112527.jpeg

Urétéroscopie rigide ou souple avec Laser.
Pour enlever un calcul dans votre uretère ou votre rein, votre médecin peut faire passer un mince tube lumineux (urétéroscope) équipé d’une caméra à travers votre urètre et votre vessie vers votre uretère.
Une fois la lithiase localisée, des outils spéciaux peuvent la piéger ou la briser en morceaux qui passeront dans votre urine. Votre médecin peut alors placer un petit tube (sonde JJ) dans l’uretère pour soulager l’inflammation locale et favoriser la guérison. Il se peut que vous ayez besoin d’une anesthésie générale ou locale pendant cette intervention.

NÉPHROLITHOTOMIE PERCUTANÉE (NLPC). 

AdobeStock_169770727.jpeg

Néphrolithotomie percutanée (NLPC). Cette intervention qui est réservée aux volumineux calculs ou calculs complexes qui ont résisté aux autres types de prise en charge consiste à enlever chirurgicalement un calcul rénal à l’aide d’un néphroscope (tube optique lumineux avec canal opérateur)  et d’instruments insérés par une petite incision dans le dos.
Vous recevrez une anesthésie générale pendant la chirurgie et serez à l’hôpital pendant un ou deux jours pendant votre convalescence. Votre médecin peut recommander cette chirurgie si la LEC ou l’urétéroscopie souple ou rigide n’a pas réussi.

  • Facebook
  • LinkedIn

©2019 par Docteur GOLDBLATT