AdobeStock_76144629.jpeg

ANDROPAUSE OU DÉFICIT ANDROGENIQUE LIE A L'AGE - DALA

La testostérone est une hormone produite principalement dans les testicules qui aide à maintenir la libido, la masse musculaire, la répartition de la graisse, la densité osseuse et les poils du corps.
Au fur et à mesure que les hommes vieillissent, les taux de testostérone diminuent graduellement, généralement d’environ 1 % par année après l’âge de 30 ou 40 ans. De plus, certaines affections médicales comme les maladies cardiaques, rénales et hépatiques, le diabète et l’obésité sont des facteurs contributifs.

 

QU'EST-CE QU'UN FAIBLE TAUX DE TESTOSTÉRONE (HYPOGONADISME MASCULIN) ?

Un faible taux de testostérone (hypogonadisme masculin) est un état dans lequel les testicules (testicules, glandes reproductrices masculines) ne produisent pas suffisamment de testostérone (une hormone sexuelle masculine).

Chez les hommes, la testostérone aide à maintenir et à développer :

Caractéristiques sexuelles
Masse musculaire
Taux adéquats de globules rouges
Densité osseuse
Sentiment de bien-être
Fonction sexuelle et reproductive

QUELLE EST LA FRÉQUENCE D'UN FAIBLE TAUX DE TESTOSTÉRONE ?

Un faible taux de testostérone touche près de 40 % des hommes de 45 ans et plus. Il est difficile de définir des taux normaux de testostérone, car ils varient tout au long de la journée et sont influencés par l’indice de masse corporelle (IMC), la nutrition, la consommation d’alcool, certains médicaments, l’âge et la maladie.

QUELLES SONT LES CAUSES D'UN FAIBLE TAUX DE TESTOSTÉRONE ?

Au fur et à mesure que l’homme vieillit, la quantité de testostérone dans son corps diminue progressivement. Ce déclin naturel commence après l’âge de 30 ans et se poursuit (environ 1 % par année) tout au long de sa vie.


Il existe de nombreuses autres causes possibles d’un faible taux de testostérone, dont les suivantes :

  • Blessure (traumatisme, interruption de l’irrigation sanguine des testicules) ou infection des testicules (orchite)

  • Chimiothérapie pour le cancer

  • Troubles métaboliques tels que l’hémochromatose (trop de fer dans le corps)

  • Dysfonctionnement ou tumeurs de l’hypophyse

  • Médicaments, y compris les opioïdes, les hormones utilisées pour traiter le cancer de la prostate et les stéroïdes (comme la prednisone).

  • Maladie aiguë (à court terme) ou chronique (à long terme)

  • L’abus d’alcool

  • Cirrhose du foie

  • Insuffisance rénale chronique (rein)

  • VIH/SIDA

  • Affections inflammatoires telles que la sarcoïdose (une affection qui cause une inflammation des poumons et d’autres organes)

  • Syndrome de Kallman (développement anormal de l’hypothalamus, une glande du cerveau qui contrôle de nombreuses hormones)

  • Syndrome de Klinefelter (une maladie génétique dans laquelle un homme naît avec une copie supplémentaire du chromosome X). Aussi appelé syndrome XXY

  • Taux élevés de prolactine, une hormone productrice de lait

  • Obésité ou perte de poids extrême

  • Diabète sucré de type 2 non contrôlé

  • Malformation congénitale (présente à la naissance)

  • Apnée obstructive du sommeil

  • Vieillissement

  • Excès d’œstrogène (habituellement d’une source externe ou environnementale)

  • Abus antérieur de stéroïdes anabolisants

  • Hypothyroïdie primaire sévère

  • Retard pubertaire

  • Traumatisme (traumatisme crânien)

  • Exposition aux radiations ou chirurgie antérieure du cerveau

QUELS SONT LES SYMPTÔMES D'UN FAIBLE TAUX DE TESTOSTÉRONE ?

Les symptômes d’un faible taux de testostérone dépendent de l’âge de la personne et comprennent ce qui suit :

  • Faible libido

  • Dysfonction érectile

  • Diminution du sentiment de bien-être

  • Humeur dépressive

  • Difficultés de concentration et de mémoire

  • Fatigue

  • Humeur maussade et irritabilité

  • Perte de force musculaire

D’autres changements qui se produisent avec un faible taux de testostérone comprennent :

  • Diminution de l’hémoglobine et anémie légère

  • Une diminution de la pilosité corporelle

  • amincissement des os (ostéoporose)

  • Augmentation de la graisse corporelle

  • Développement des seins (gynécomastie)

  • Infertilité

COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UN FAIBLE TAUX DE TESTOSTÉRONE ?

Un faible taux de testostérone est diagnostiqué en mesurant la quantité de testostérone dans le sang à l’aide d’un test sanguin. Il peut être nécessaire de prendre plusieurs mesures pour déterminer si un patient a un faible taux de testostérone, puisque les taux ont tendance à changer au cours de la journée. Les niveaux les plus élevés de testostérone sont généralement le matin, vers 8 heures du matin. C’est pourquoi les médecins préfèrent mesurer les niveaux de testostérone tôt le matin.

COMMENT TRAITE-T-ON LA BASSE TESTOSTÉRONE ?

La baisse de testostérone est traitée par une thérapie de remplacement de la testostérone, qui peut être administrée de plusieurs façons différentes :

  • Injections intramusculaires (dans un muscle), habituellement tous les 10 à 14 jours ;

  • Les timbres de testostérone, qui sont utilisés tous les jours et sont appliqués sur différentes parties du corps, y compris les fesses, les bras, le dos et l’abdomen.

  • Les gels de testostérone qui sont appliqués tous les jours sur la peau propre et sèche du haut du dos et des bras (les gels doivent être appliqués avec soin pour s’assurer que l’hormone n’est pas transmise accidentellement à une autre personne ou partenaire)

  • Implants injectés sous la peau tous les deux mois

QUELS SONT LES AVANTAGES DE LA THÉRAPIE DE REMPLACEMENT DE LA TESTOSTÉRONE ?

Les avantages potentiels de la thérapie de remplacement de la testostérone peuvent inclure :

  • Chez les garçons, éviter les problèmes liés au retard de la puberté

  • Perte de graisse

  • Augmentation de la densité osseuse et protection contre l’ostéoporose

  • Amélioration de l’humeur et du sentiment de bien-être

  • Amélioration de la fonction sexuelle

  • Amélioration de l’acuité mentale

  • Augmentation de la force musculaire et de la performance physique

QUELS SONT LES EFFETS SECONDAIRES DE LA THÉRAPIE DE REMPLACEMENT DE LA TESTOSTÉRONE ?

Les effets secondaires de la thérapie de remplacement de la testostérone comprennent :

  • Acné ou peau grasse

  • Enflure des chevilles causée par une légère rétention d’eau

  • Stimulation de la prostate, qui peut causer des symptômes de miction tels que la difficulté à uriner.

  • Agrandissement ou sensibilité des seins

  • Aggravation de l’apnée du sommeil (trouble du sommeil qui entraîne des réveils nocturnes fréquents et une somnolence diurne)

  • Testicules plus petits

  • Irritation cutanée (chez les patients recevant un remplacement topique de testostérone)

Les anomalies de laboratoire qui peuvent survenir lors d’un remplacement de testostérone comprennent :

  • Augmentation de l’antigène prostatique spécifique (PSA)

  • Augmentation du nombre de globules rouges

  • Diminution du nombre de spermatozoïdes, ce qui entraîne l’infertilité (incapacité d’avoir des enfants), ce qui est particulièrement important chez les hommes plus jeunes qui désirent avoir des enfants.

Si vous prenez un traitement hormonal substitutif, il est important que vous consultiez régulièrement votre médecin.

Les recommendations de l’association française d’urologie suggèrent de discuter du risque potentiel par rapport aux avantages de l’évaluation du risque de cancer de la prostate et de la surveillance de la prostate. Le médecin et le patient décideront ensemble de la surveillance du cancer de la prostate. Pour les patients qui choisissent la surveillance, les cliniciens devraient évaluer le risque de cancer de la prostate avant de commencer le traitement à la testostérone et 3 à 12 mois après le début du traitement à la testostérone :

Les taux de PSA devraient être vérifiés à 3, 6 et 12 mois au cours de la première année, puis chaque année par la suite.
Un toucher rectal de la prostate doit être effectué entre 3 et 6 mois et 1 an après le début du traitement, puis chaque année par la suite. Ceci est recommandé même pour les hommes qui ne sont pas sous traitement de remplacement de testostérone, comme un dépistage du cancer de la prostate lié à l’âge. Cela commence habituellement à l’âge de 50 ans.
Les taux d’hématocrite seront vérifiés avant le début du traitement à la testostérone, puis sur une base régulière pour s’assurer que les taux de globules rouges demeurent normaux.

QUI NE DEVRAIT PAS PRENDRE UN TRAITEMENT DE SUBSTITUTION À LA TESTOSTÉRONE ?

La thérapie de remplacement de la testostérone peut provoquer la croissance de la prostate. Si un homme est atteint d’un cancer de la prostate précoce, on craint que la testostérone ne stimule la croissance du cancer. Par conséquent, les hommes atteints d’un cancer de la prostate ne devraient pas prendre un traitement de substitution à la testostérone. Il est important que tous les hommes qui envisagent une thérapie de remplacement de la testostérone subissent un dépistage de la prostate avant de commencer cette thérapie.

D’autres hommes qui ne devraient pas prendre la thérapie de remplacement de testostérone comprennent ceux qui ont :

  • Une hypertrophie de la prostate entraînant des symptômes urinaires (difficulté à commencer un flux urinaire)

  • Un nodule sur leur prostate qui n’a pas été évalué

  • Une mesure de PSA supérieure à 3ng/ml

  • Cancer du sein

  • un taux d’hématocrite élevé (nombre de globules rouges supérieur à la normale)

  • Insuffisance cardiaque congestive grave

  • L’apnée obstructive du sommeil qui n’a pas été traitée

PEUT-ON PRÉVENIR UNE BAISSE DE TESTOSTÉRONE ?

Il n’existe aucun moyen connu de prévenir la baisse de testostérone qui est causée par des conditions génétiques ou des dommages aux testicules ou à la glande pituitaire.
Un mode de vie sain qui comprend une bonne nutrition, l’exercice, la gestion du poids et qui évite la consommation excessive d’alcool et de drogues peut aider à maintenir les niveaux de testostérone normaux.

 
  • Facebook
  • LinkedIn

©2019 par Docteur GOLDBLATT