CANCER DE VESSIE

Prendre soin de vous

Le cancer de la vessie représente environ 90 % des cancers du système collecteur urinaire (bassinet rénal, uretères, vessie, urètre).



La vessie est un organe situé dans la cavité pelvienne qui stocke et évacue l’urine. L’urine est produite par les reins, transportée à la vessie par les uretères et évacuée de la vessie par l’urètre.
Le cancer de la vessie affecte les cellules qui tapissent la vessie. La plupart des cas de cancer de la vessie surviennent chez les personnes âgées et sont diagnostiqués à un stade précoce.



Ce type de cancer est curable dans la plupart des cas quand il est encore au stade de polype superficiel, mais les cancers de la vessie sont susceptibles de réapparaître. Il existe de nombreux types différents de cancer de la vessie, y compris : Carcinome épidermoïde, Adénocarcinome, Carcinome à petites cellules, Sarcome. Comprendre la structure et la fonction normale de la vessie est utile pour comprendre les différents types de cancer de la vessie.

 

Le cancer de la vessie est le plus souvent diagnostiqué après l’apparition du sang dans l’urine. Le terme médical pour le sang dans l’urine est hématurie. Dans le cas du cancer de la vessie, le saignement est habituellement indolore, ce qui peut malheureusement retarder l’examen médical. Au premier stade, le sang dans l’urine n’est pas visible. C’est ce qu’on appelle l’hématurie microscopique. Certains patients éprouveront des mictions fréquentes ou des infections fréquentes des voies urinaires comme premier signe de cancer de la vessie. Les patients qui ont eu trois infections ou plus au cours d’une période de douze mois devraient être évalués pour un cancer de la vessie possible. Dans les stades plus avancés, une hémorragie majeure, l’incapacité d’uriner, une insuffisance rénale et des douleurs osseuses peuvent être les symptômes présentés. Lorsque le cancer de la vessie sort de la vessie et pénètre dans le corps, il n’est pas considéré comme guérissable.

Le tabagisme est le principal facteur de risque connu qui augmente le risque de cancer de la vessie. Le tabagisme est associé à plus de la moitié des cas de cancer de la vessie chez les hommes et à un tiers des cas chez les femmes. Cesser de fumer réduit le risque. Le tabagisme passif peut également être en cause. Certains ont proposé que le cancer de la vessie pourrait être causé en partie par le contact direct de la vessie avec des carcinogènes excrétés dans l’urine, bien que cela n’ait pas encore été confirmé dans d’autres études. L’exposition professionnelle peut également constituer un risque. Les professions à risque sont les conducteurs d’autobus, les travailleurs du caoutchouc, les mécaniciens automobiles, les maroquiniers, les forgerons, les monteurs de machines et les mécaniciens. On pense que les coiffeurs sont également à risque en raison de leur exposition fréquente aux teintures capillaires permanentes, et on leur conseille de porter des gants au travail.

Les patients présentant des symptômes suspects sont évalués par trois catégories d’examens. Il s’agit des examens de cytologie urinaire, de l’imagerie des voies supérieures en particulier par échographie et scanner avec injection de produit de contraste , et de la cystoscopie qui est un examen obligatoire devant toute trace de sang dans les urines. En plus d’écarter la possibilité d’un cancer de la vessie, ces examens permettent de déceler des calculs rénaux, des infections non diagnostiquées et d’autres maladies associées au sang dans l’urine.

Une fois le cancer de la vessie détecté, le diagnostic déterminera sa gravité. Le traitement du cancer de la vessie dépend du stade de la maladie, du type de cancer, de l’âge du patient et de son état de santé général. En cas de polype superficiel, une résection du polype par endoscopie par les voies naturelles suffit généralement, mais nécessitera un suivi rigoureux par cystoscopies répétées, car le risque de récidive est non négligeable. Pour les formes plus évoluées, les options comprennent la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie. Dans certains cas, les traitements sont combinés (p. ex. chirurgie ou radiothérapie et chimiothérapie, radiothérapie préopératoire).

 

©2019 par Docteur GOLDBLATT